L’Arte Povera, un mouvement artistique italien


L’Arte Povera est un mouvement artistique italien créé en 1967. Ce mouvement a pu voir le jour grâce à l’intervention massive de nombreux célèbres artistes, notamment Giovanni Anselmo, Mario Merz, Gilberto Zorio, Luciano Fabro et Alighiero Boetti. Ce comportement intellectuel est basé sur un principe contre les courants artistiques américains pendant l’ère des pop’art.

L’Arte Povera et ses références historiques

arte-povera.jpg

En juin 1966, 5 artistes de l’Arte Povera, dont Gianni Piacentino, Alighiero Boetti, Michelangelo Pistoletto, Piero Gilardi et Giovanni Anselmo ont lancé une exposition opposant au courant américain. L’évènement a été organisé sous le thème « Arte Abitabile » auprès de la galerie Sperone située à Turin. Le même groupe, en 1967, participe à l’exposition organisée en 1967 dans le cadre du critique d’art. Cet évènement jouissait de la participation de Pino Pascali, Michelangelo Pistoletto, Jannis Kounellis et Mario Schifano pendant lequel l’accent était mis sur la médiation entre le public et la nature. Une année après cet évènement, une autre manifestation a été organisé par Germano Celant auprès de la galerie Foscherari à Bologne. Elle a été marquée par le débat entre les célèbres artistes de l’Arte Povera. C’était en mars 1989 que les écrivains de ce mouvement ont organisés leur dernière manifestation avec le Verso l’Arte Provera ou « Vers l’art pauvre ».

L’Arte Povera au travers de Giovanni Anselmo

giovanni-anselmo.jpg

L’Arte Povera est issu du principe basé sur l’utilisation des produits pauvres, comme le sel, le sable, la terre, le bois, les chiffons et autres dans la réalisation de leur travail. Leur principal objectif étant d’expliquer que la pauvreté est le principal facteur de la différence en termes de culture. À l’aide des matériaux pauvres, les artistes de l’Arte Povera visent à  condamner la distinction qui se trouve entre l’art et la vie courante. L’œuvre de Giovanni Anselmo « La structure qui mange (1968 » n’est qu’un exemple de ce principe.